emploi

Blogue

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.

réseaux sociaux

Des chercheurs québécois ont cherché à savoir si, dans une population où le « binge drinking » est chose commune mais où la consommation totale d’alcool pendant la grossesse est basse, l’exposition à l’alcool a des effets sur la croissance prénatale, l’acuité visuelle à 6 mois et le développement cognitif pendant la petite enfance.

Les données proviennent de 216 femmes Inuits et leurs enfants habitant au Nunavik. En ce qui concerne la consommation d’alcool, la majorité des femmes ont rapporté avoir consommé de l’alcool au moins une fois pendant la grossesse et la moitié dit avoir consommé de l’alcool moins de quatre fois pendant la grossesse. Dans l’échantillon, 38,1 % des femmes ont rapporté des épisodes de « binge drinking » pendant la grossesse, dont 13 % au moins deux fois par mois. Chez les bébés, l’exposition à l’alcool in utero a été associée avec un poids et une circonférence crânienne moins élevés que la moyenne à la naissance, de même qu’une acuité visuelle moins bonne à l’âge de 6 mois.

Pour en savoir plus, consultez le résumé de l’article en ligne sur le site de l’éditeur (en anglais)

Référence :
Fraser, S. L., Muckle, G., Abdous, B. B., Jacobson, J. L., & Jacobson, S. W. (2012). Effects of binge drinking on infant growth and development in an Inuit sample. Alcohol, 46(3), 277-283.

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> 

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.