emploi

Blogue

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.

réseaux sociaux

Antidemarreur_ethylometriqueL’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) vient de publier un avis scientifique intitulé Antidémarreur éthylométrique et conduite avec les facultés affaiblies : efficacité des programmes et recommandations pour en maximiser l’impact.

 Source : INSPQ

  • La conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool est la première cause de décès sur les routes du Québec.
  • Le pourcentage de conducteurs décédés avec une alcoolémie supérieure à la limite permise stagne autour de 30 % depuis le début des années 2000.
  • Une synthèse systématique a été menée afin d’estimer l’effet des programmes d’antidémarreur éthylométrique sur la conduite avec les facultés affaiblies et les collisions. Les principaux résultats sont les suivants :
    • La participation à un programme d’antidémarreur éthylométrique réduit significativement le risque de récidive, tant chez les contrevenants primaires que chez les récidivistes.
    • Une fois que l’antidémarreur éthylométrique est retiré du véhicule, le risque de récidive revient à un niveau comparable à celui des participants du groupe témoin. Cet effet est indépendant des critères d’admission (ex. : avoir purgé une partie de la période d’interdiction de conduire) ou autres mesures (ex. : traitements, suivis médicaux ou programmes éducatifs) ajoutés au programme.
    • En raison du nombre insuffisant d’études, il est impossible de conclure avec certitude quant à l’effet de l’antidémarreur éthylométrique sur le risque de collision.
    • Une seule évaluation a été menée sur une population de non-contrevenants. Il est donc impossible de conclure quant à l’effet de l’antidémarreur éthylométrique sur ce type de population.
  • Afin de maximiser l’effet préventif de l’antidémarreur éthylométrique, ce dernier devrait être offert à un nombre plus important de contrevenants de l’alcool au volant. Plus précisément, l’antidémarreur éthylométrique devrait être offert de façon systématique dès une première infraction et devrait être imposé à vie aux récidivistes.
  • Éventuellement, l’antidémarreur éthylométrique devrait devenir un équipement standard sur tous les véhicules automobiles. À cet effet, des projets pilotes pourraient être réalisés au sein de flottes de véhicules publics et commerciaux.

Pour en savoir plus, consultez l’avis scientifique sur le site de l’INSPQ (en français, 57 pages)

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> 

Bulletin CQDT Express

Abonnez-vous à notre bulletin ! Entrez votre adresse courriel pour vous abonner au CQDT Express.